jeudi 7 mai 2015

DECLARATION CFDT et CFTC A LA 3ème REUNION PARITAIRE DU 6 MAI 2015

Deux ans après l’annonce de la création de RCI France et du Corporate, vous avez décidé d’augmenter à la fois la productivité et la rentabilité sous le terme officiel de « compétitivité ». Pourquoi pas ? A condition que le personnel donne son accord à une rétribution supplémentaire sans altération de ses conditions de travail.
Le 8 avril, vous avez convoqué les syndicats représentatifs en groupe de travail pour leur présenter les modalités de versement d’une prime versée en 2016, et un dispositif d’intéressement. Puis sans attendre, vous avez communiqué au personnel sur la promesse d’un gain potentiel pour chacun.
Le 21 avril, vous nous avez à nouveau convoqués pour démontrer comment vous comptez arriver à financer l’intéressement en augmentant la durée du travail et en rognant sur la participation aux bénéfices. Vous avez ajouté la modification unilatérale de l’accord d’entreprise Diac avec gel de la prime d’ancienneté ce qui signifie sa suppression définitive. Les représentants CFDT et CFTC ont alors quitté la salle à 17h02 en signe de protestation, après 3 heures de monologue de la direction. Vous avez ensuite communiqué au personnel sur le dialogue social et sur un dispositif équitable et incitatif, alors que vous remettez en cause fondamentalement nos acquis sociaux. Puis vous avez entrepris un cascading auprès du personnel avec la hiérarchie, sans vous priver de dénigrer la CFDT et la CFTC.
Nous ne sommes pas en négociation au sens du Code du travail puisque vous imposez des convocations à des groupes de travail. Nous ne bénéficions donc pas des dispositions permettant un vrai dialogue : obligation de loyauté, remise d’informations fiables et vérifiables, temps de préparation du travail et moyens d’échange avec les salariés. La direction abuse de cette situation pour tout mettre en œuvre pour convaincre les salariés de l’intérêt de sa démarche et pour saboter le dialogue social.
Votre communication n’est ni loyale ni honnête, pas davantage que vos propositions. Les salariés ne sont pas dupes de votre discours : vous avez utilisé successivement la carotte le 8 avril et le bâton le 21 avril.
La CFDT et la CFTC contestent le gonflement du chiffrage total du nombre de jours de congés séniors, et la minoration du nombre de jours total de bonification d’hiver. Ces manœuvres sont destinées à tenter d’opposer les générations de travailleurs, et à minimiser l’impact d’une supposée suppression des jours de bonification Diac.
La valorisation de notre ancienneté et de notre expérience de +0,5% par an, serait trop chère pour nos dirigeants. Le 21 avril, la Direction RCI DIAC demande carrément la suppression de notre prime d’ancienneté. Le 30 avril, l’assemblée des actionnaires Renault approuve une prime de non-concurrence de 2 ans de rémunération à M Ghosn pour éviter qu’il ne valorise son expérience Renault chez un concurrent ; mesure également accordée au Président de RCI. Est-ce votre façon de nous dire que notre métier est sans valeur, comparé au vôtre ?
Le but de la Direction serait de démontrer aux salariés l’incapacité des syndicats à négocier de nouvelles formes de rémunération, de les désigner comme responsable de la rupture du dialogue social, puis d’imposer une nouvelle forme de rémunération, tout en masquant la productivité exigée, et en oubliant les montants élevés des Primes Variables Groupe ainsi que les émoluments faramineux de M. Ghosn.
La CFDT et la CFTC veulent revenir uniquement à la proposition essentielle de la direction, c’est-à-dire le dispositif incitatif de reconnaissance collectif passant par un accord d’intéressement, et cela sans remise en cause des accords d’entreprise et de participation.
Notre déclaration est soutenue par la CGT Diac.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire